Placebo

La science médicale a longtemps dédaigné l’effet placebo sous prétexte qu’elle ne voyait pas son intérêt, mais surtout par manque de reconnaissance en la capacité exceptionnelle du corps à s’auto-guérir grâce à la seule puissance de son système immunitaire.

On sait bien sûr qu’il existe certaines affectations provoquées par une hyperactivité du système immunitaire (comme l’allergie, les maladies auto-immunes…). On ne peut pas rejeter l’idée que l’excès ou le manque d’activité de ce système essentiel de maintien de l’identité corporelle n’est pas en rapport très serré avec l’identité personnelle donc psychique.

En fait, l’effet placebo est certainement une des réalités les plus intéressantes à comprendre car il est à la source d’un grand mystère, celui de la maladie et de la santé. A notre époque, la médecine se consacre aux pathologies et ignore tout de la santé qui n’est pas un état constant mais un équilibre de nos corps physique, psychique et spirituel, une harmonie que nous devons constamment maintenir pour échapper à la maladie. De telles personnes sont alors capables à leur insu, d’éviter la manifestation de troubles potentiellement probables grâce à leurs aptitudes spontannées d’auto-guérison et  passent ainsi à travers les risques dont elles sont pourtant porteuses.

L’approche réductionniste du vivant ne peut conduire  à la guérison définitive car la maladie prend naissance dans une partie plus subtile de l’être qui réagit aux émotions et garde la mémoire d’une certaine souffrance. C’est en s’appuyant sur ce credo que le Dr Bach a lancé sa propre recherche et les Fleurs de Bach, par leur capacité d’action sur les plans subtils de l’être, permettent justement l’activation optimale de nos systèmes de défense qui sont tout sauf précisément des effets placebo.

Termes du lexique

Error #86278. INVALID QUERY.Error #545455. INVALID LAYOUT.
{title}
{utility_above}
{content}